Tournesols, tendres globes oculaires

Tournesols, tendres globes oculaires, Quel miroir doré voyez-vous En moi ? N’est-il pas beau, votre bonheur, Que vous secouez le long de vos tiges Avec morgue ? N’est-il pas meilleur encore Face à mon éternelle fadeur Insipide ? Ah, tournesols…Vous qui êtes le reflet De ce monde, pourquoi vous montrer Si perfides, si superbes ?