Kristen Bell, anxiété et dépression

Kristen Bell, l’anxiété et la dépression

Coucou !

Alors, ça fait longtemps que je n’ai pas publié de vidéo sur le blog et je ne sais pas trop pourquoi à vrai dire, car je suis tombée sur de sacrées pépites ces derniers mois, mais quand je suis tombée un peu par hasard sur cet entretien avec Kristen Bell, je n’ai pas pu résister à l’envie de le partager avec vous le plus vite possible.

Dans cette petite vidéo de quatre minutes, l’actrice nous parle, avec une sincérité que je trouve très touchante, de sa lutte contre l’anxiété et la dépression…et de l’importance d’oser demander de l’aide et de ne pas avoir honte.

Sur ce, je vous laisse regarder par vous-même. La vidéo est en anglais et les sous-titres en français ne sont pas disponibles, mais si quelqu’un souhaite une traduction, je serais heureuse d’en fournir une aussi vite que possible (je l’aurais fait spontanément si je n’avais pas été en plein dans mes partiels en ce moment…!)

Qu’avez-vous pensé de cette vidéo ? Connaissez-vous d’autres vidéos inspirantes sur ce même thème, pourtant si difficile à aborder ?

Publicités

Amoureux

Amoureux

Il avait les yeux gorgés de sommeil

Et ses paupières, comme des fruits bleus,

Battaient contre le soleil.

 

– Sans retour

Il y avait comme un voile de brume

Qui se dressait entre les jours,

Le soleil devenant lune.

 

– Aveuglée

Elle avait fermé sa bouche de soie

Et ses lèvres dénudées ne bougeaient

Plus : libellule épinglée.

 

Sur un lion à Prague

Dans ce quelque part qu’eux seuls connaissaient

Dans ce quelque part qu’eux seuls connaissaient, là-haut,

Il a posé sa main

Sur sa poitrine nue.

Les rayons du soleil

Rougissaient sur leur corps

Et dans leur cœur d’ivoire.

Des voitures passaient,

Ils leurs faisaient un signe

De la main, en riant,

Nus et seuls sur le toit

De leur petit cosmos.

Là, ils firent l’amour

Sur un lit de feuilles

Et d’habits, en riant

Des caresses du vent

Sur leur dos, des feuilles

Tombées dans leurs cheveux.

 

C’était beau.

 

Dans ce quelque part qu’eux seuls-connaissaient, là-haut.

 

couple sur la plage d'etretat

Les nuages de ton esprit

Les nuages de ton esprit

De lave sont empoisonnés ;

Malheureux ceux qui

S’y sont aventurés.

 

L’esprit mielleux de mon amour

Est mort, parti pour toujours.

Mais si, comme une chaîne bleue

De montagnes sous les cieux,

 

Si, comme un cobra fantomatique,

Si dans tes bras je renais

Alors je ne suis plus identique

A ce qu’avant j’étais.

 

La vérité est un non-sens caché

Au fond d’un profond puits,

La réalité est un rêve épais

Que personne n’a compris.

 

Et dans ces fleurs du mal involontaire

Où le démon Amour se complaît,

Comme des sillons dans la terre,

Je saigne du nez.

 

Et le temps bat de l’aile,

Loin de moi il s’enfuit.

Hélas ! Créature de la nuit,

Tu fus pour moi trop cruelle.

 

Maintenant que tout est terminé

Je vois ton visage dissimulé

Derrière une rose flétrie

A la pâleur triste et ahurie.