Illustration pour Fraise et crocodile

Fraise et crocodile !

Tu vois des choses qui en toi se contredisent ; tout homme est complexe. Tu vois ces choses clairement. L’homme est un être lucide depuis qu’il est entré dans l’ère de la fausse raison.

Tu as les yeux grands ouverts et devant toi, l’océan s’étale dans toute sa splendeur, dans toute sa grandeur ; dans sa puissance sans limite, dans sa beauté infinie et suprême.

Tu vis sur une île imaginaire depuis laquelle tu vois vivre les autres. Tu es obligé de parler tout seul, ton esprit est la seule chose saine qui te reste. Des épaves échouent tous les jours sur ta plage et tu les vois en soupirant calmement. Tu es paisible, mais triste. Doux symptôme de la mélancolie. Que feras-tu de ton cadavre, lorsqu’épuisé tu tomberas ? Te laisseras-tu glisser jusqu’à la plage au sable si fin mais si sombre, si brûlant ; si infernal ? Te hisseras-tu jusqu’au sommet de la montagne qui a toujours régné derrière ton épaule, ignorée bien que choyée ; abandonnée bien que vitale ?

La force des choses saura-t-elle toujours te séduire? Les éléments seront-ils toujours aussi puissants ? Ah ! Ne te lasseras-tu donc jamais ? Fais une promesse que jamais tu n’oublies ton île. Parce que bien qu’elle ne fut rien d’autre qu’un simple lieu de passage pour ton corps, elle fait partie des multiples lieux de naissance de ton esprit si fou. O que tout est complexe en ces lieux uniques où l’âme s’égare !

N’oublie pas non plus le goût sucré des fraises qui viennent d’où toi-même tu venais. N’oublies pas l’envie que tu avais toujours de découvrir des milliers de crocodiles, de partout dans le monde. Ces bêtes sauvages ont les dents acérées, elles sont réputées mangeuses d’hommes. Ne sont-elles pas, pourtant, comme toi, incomprises ? Si rocailleuses, si écailleuses, elles ont une armure impénétrable. Comme toi. Et elles mangent autrui pour subsister, comme tu dévores goulûment les esprits qui t’entourent pour t’épanouir enfin.

N’oublie pas que la fraise ne serait pas fraise sans ses immondes pépins qui lui défigurent le visage. Qu’elle ne serait rien sans ses fibres rouges tendues comme des cordes vocales vitales. N’oublie pas que l’inspiration n’est pas que dans la mer, que l’inspiration ne vient ni des montagnes ni de l’enfer, mais qu’elle vient de l’écaille d’un crocodile, de la graine d’une fraise rouge. L’infini se trouve dans les détails qu’il est impossible de vraiment voir chaque jour ; tellement de détails pour seulement deux yeux, deux creux dans le crâne humain.

N’oublie pas la fraise. N’oublie pas le crocodile.

Illustration du poème Fraise et Crocodile

« L’infini se trouve dans les détails »

 

Ce poème vous a-t-il touché ? Dites-moi tout en commentaire !

Publicités

2 réflexions sur “Fraise et crocodile !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s